Numérique

L’Education nationale se penche enfin sur la protection de ses données

Alors qu’il est tellement simple d’utiliser des logiciels libres et respectueux de la vie privée… Ils n’ont pas les moyens, au ministère, de créer un pauvre logiciel de vie scolaire qui fonctionne aussi bien que Pronote, ce logiciel privateur qui fait on ne sait quoi avec des données très sensibles ?

Il est primordial de développer l’usage des logiciels libres dans les établissements (utilisation recommandée d’ailleurs par la circulaire Ayrault du 19 septembre 2012). C’est seulement et seulement ainsi que peu à peu nous regagnerons notre liberté et notre vie privée (et celle des usagers). Il nous faut un peu de courage et un peu de dignité aussi pour ne pas se laisser marcher dessus par ces accapareurs de données privées.

Jean-Michel Blanquer et vos copains libéraux, ne vendez pas les données privées de nos élèves, votre devoir c’est de les protéger, vous êtes là au nom du service public, vous n’êtes pas employés par des entreprises privées !!!

Quelques liens importants :

1. https://framasoft.org/fr/

2. http://prism-break.org/fr/

3. http://www.vousnousils.fr/fiche-pedagogique/logiciels-open-source-pour-enseigner

4. http://logicielslibres.dane.ac-versailles.fr/

5. https://formatsouverts.education/ (pétition)

« 3 août 2018 – 10H – La mise en ligne le 1er août du rapport de l’Inspection générale sur la protection des données personnelles est importante. Le simple fait qu’il ait tardé à être rendu publique pose question. Daté de février 2018, le rapport est mis à disposition bien après la date du 25 mai 2018, date de mise en action de la loi européenne sur le RGPD et son adaptation au droit français. Ce problème de calendrier met en évidence une carence, celle de l’ancienne Direction pour le Numérique Éducatif qui n’a pas du tout anticipé cette question des données numériques des élèves. D’ailleurs plusieurs éléments dans le rapport confortent cette analyse qui montre l’impréparation générale sur cette question. On peut s’interroger par exemple sur l’absence (à ce jour) de Délégué à la Protection des Données (DPD) au ministère de l’Éducation. On peut aussi s’interroger sur la légèreté des acteurs et des responsables de différents niveaux par rapport aux problèmes soulevés dans ce rapport. »

Source : http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2018/07/24072018Article636680072929394974.aspx

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s